samedi 13 juin 2015

Ecrivons ensemble l’avenir de Clin d’Oeil

Communiqué du Théatre Clin d'Oeil :
30 ans de théâtre professionnel, c’est toute une histoire
Une histoire polyphonique, écrite, jouée, chantée, dansée, par mille et une voix
Des voix d’artistes jeunes et vieux, de spectateurs, jeunes et vieux, d’auteurs, d’élèves, d’amateurs de tous horizons
Une histoire qui raconte le monde et le réinvente, mais qui toujours, nous invite à nous rassembler autour d’elle.
Une histoire qui ne se vit jamais seul, qui n’existe que dans le partage des émotions, des rêves et des révoltes qu’elle véhicule de théâtres en rues, de parcs en salles de classe, de toi à moi et de moi aux autres.

Le mercredi 17 juin, à 19h à Clin d’Oeil,

c’est cette histoire que nous voulons raconter, parce que, malgré les menaces qui pèsent sur elle (une baisse de 77% de subvention de la Ville de St jean de braye, soit la suppression de tout salaire professionnel), cette histoire n’est pas finie et nous avons besoin de vous pour en écrire la suite.
On l’écrira en musique et en chansons, avec un petit verre et un grand vin (ou l’inverse).

Même si, avec 77% de baisse, Clin d’œil bat tous les records, elle n’est malheureusement pas la seule à subir l’acharnement des politiques contre la culture.
La culture trinque, alors ensemble, trinquons avec elle !

Ils n'ont pas Honte !

Nous reprenons ici un article paru dans l' Humanité du 11 juin 2015



mercredi 7 janvier 2015

mercredi 31 décembre 2014

Pour Décathlon, la CNAC a dit NON et nous en connaissons désormais les motivations

Communiqué de presse du "Collectif pour un site préservé entre Loire et forêt" :

Notre recours devant la Commission d’Aménagement Commercial (CNAC) accepté le 12 novembre, annule l’autorisation pour la création du magasin DECATHLON à Saint-Jean de Braye, délivré en juillet par la Commission Départementale d’Aménagement Commercial  (CDAC) dans le cadre du projet de « Village Oxylane » près d’Orléans.

Parmi les arguments que nous avions intégrés à notre recours, quatre ont particulièrement retenu l’attention de la CNAC : l’artificialisation d’espaces naturels, le risque de création de friche commerciale au sud de l’agglomération, l’absence de desserte en transport en commun et la destruction du paysage de notre entrée de ville.

Le magasin phare du projet « OXYLANE » n’a pas le droit d’ouvrir, mais Oxylane a fait installer un panneau sur le site nous informant que le permis d’aménager a été délivré le 10 décembre, et que les travaux pourront bientôt commencer …

Afin de vous donner tous les détails de ces derniers éléments et évoquer nos prochaines actions, nous vous invitons à une conférence de presse sur le site de la Bissonnerie, le samedi 3 janvier 2015 à 10h.



mercredi 26 novembre 2014

La régie publique de l’Eau de Saint-Jean-de-Braye menacée par l’AgglO !



La régie publique, un modèle à défendre !
La régie publique de l’eau potable de Saint-Jean-de-Braye génère d’importants excédents d’exploitation qui doivent permettre de baisser la facture d’eau et de réaliser des investissements.
Antérieurement cet argent alimentait, à fonds perdus, les caisses du gestionnaire privé, la Saur, sans réel contrôle du pouvoir municipal.

Vers une disparition de la Régie en 2017 ?
L'AgglO, par la voix de son Président, affirme qu'elle va gérer dès 2017 l'eau potable des 22 communes qui constituent cette communauté. L'adoption en janvier dernier de la "loi de modernisation de l'action publique territoriale" permet en effet à la communauté d'Agglomération de devenir une Communauté Urbaine dont l'eau est une compétence.

La jeune Régie publique de Saint-Jean-de-Braye pourrait donc bien disparaitre au profit d’une gestion déléguée aux multinationales. Les Abraysiens auraient alors du souci à se faire car l'AgglO gère déjà l'assainissement... et il est le plus cher de France !


Conférence - débat
vendredi 5 décembre, 20h30
Salle Jean-Baptiste Clément
24, rue Danton à Saint-Jean-de-Braye

avec Jean-Claude Oliva
Directeur de la Coordination EAU~Ile de France
réseau qui réunit citoyens et associations autour de la ressource en eau en Île-de-France

Co-organisé par l’ACA et Eau-Secours-45.

jeudi 13 novembre 2014

SPLF gagne son recours au Cnac

SPLF dans son combat contre la zone commerciale Decathlon-Oxylane avait engagé un recours devant la Commission Nationale d'Aménagement Commercial.
Recours gagné ce jour !
Plus d'information prochainement.

mardi 4 novembre 2014

Pour une baisse immédiate de la facture d’eau potable !

Depuis sa mise en place au 1er janvier 2012, la régie publique de l’eau est très excédentaire à Saint-Jean-de-Braye. Après avoir baissé cette année le prix de l’abonnement de 10€ HT, la municipalité souhaite réserver cette manne financière aux investissements. Pourtant, nous pensons qu’elle devrait également en profiter pour faire baisser la facture d’eau, en finançant tout particulièrement la suppression totale de l’abonnement.

Une gestion publique économe
Depuis sa mise en place la régie publique de l’eau génère des résultats d’exploitation importants : 833.000€ en 2012 et 652.000€ en 2013. Les excédents (exploitation et investissement cumulés) s’élèvent à plus de 540.000€ par an. La municipalité destine de plus en plus de fonds aux investissements : après 70.000€ en 2012 et 404.000€ en 2013, le budget 2014 (révisé en octobre) prévoit d’y affecter 820.000€ supplémentaires.

Nécessaires investissements

Le service municipal de l’eau a constaté des fuites sur les 3 châteaux d’eau de la commune. Ces réparations (pour 1 million d’euros d’après la municipalité) sont la conséquence de la mauvaise gestion de la délégation précédente.
Il est question également de mettre en place un système de traitement du calcaire. Plusieurs projets sont à l’étude. Selon la solution retenue, les coûts pourraient varier entre 3 et 6 millions d’euros.

Pour une juste répartition des excédents

Nous ne contestons pas les investissements prévus par la municipalité. Mais il est très discutable de les financer par un prix élevé de l’eau, avec des excédents constitués en très peu d’années. En effet, l’amélioration de la qualité de service va profiter aux abraysiens pendant quelques décennies. La commune est en plein développement. Le recours à l’emprunt permettrait d’étaler cette charge sur un temps plus long, pour la partager plus équitablement avec  les usagers futurs.

Pour un juste prix de l’eau
Nous savons que le prix fixé par les multinationales de l’eau est surévalué. Surtout quand les contrats sont antérieurs à 2010. Le passage en régie publique devrait mécaniquement se traduire par une baisse du prix de l’eau. A Saint-Jean-de-Braye, seul l’abonnement a diminué de 13€ par an, depuis le 1er janvier 2014. Mais le prix de l’eau y reste supérieur de 20 centimes par m3 à celui de la ville d’Orléans, depuis que cette dernière a renégocié son contrat en 2012 avec l’Orléanaise, filiale du groupe Suez.

Les abraysiens attendent davantage
L’Alternative Citoyenne Abraysienne propose de supprimer l’abonnement annuel, ces 27,80€ incompressibles pour chacun des 5000 foyers de la commune.
Cette opération bénéficierait à tous. Elle participerait à un tarif social de l’eau, proportionnel à la consommation.  Elle favoriserait les comportements économes. Elle valoriserait le passage en régie publique. Son coût (moins de 140.000€) est totalement compatible avec les excédents de la régie.

La régie, un mode de gestion à valoriser
Dans le contexte économique difficile actuel, une baisse de la facture d’eau serait un signe important en faveur des abraysiens.
Dans la perspective d’une communauté urbaine qui remplacerait, en 2017, l’Agglo d’Orléans, la régie publique de Saint-Jean-de-Braye pourrait bien être remise en cause. Il serait donc opportun que la municipalité valorise ce mode de gestion, pour le conserver à l’échelle communale, et le développer au niveau intercommunal.